Skip navigation

Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/20.500.12128/5421
Full metadata record
DC FieldValueLanguage
dc.contributor.authorKomandera, Aleksandra-
dc.date.accessioned2018-07-18T10:23:06Z-
dc.date.available2018-07-18T10:23:06Z-
dc.date.issued2006-
dc.identifier.citationRomanica Silesiana, No 1 (2006), s. 64-69pl_PL
dc.identifier.issn1898-2433-
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/20.500.12128/5421-
dc.description.abstractLe recueil Diable, Dieu et autres contes de menterie de Pierre Gripari, publié en 1965, rassemble des textes dont la classification générique est ambiguë. L’écrivain se plaît à jouer avec les conventions littéraires et «conscient du fait que l’imaginaire est une aire de liberté, il ne se soucie pas des contraintes que lui imposeraient les genres plus ou moins définis». La fiction marquée par des situations étranges, des images pittoresques et étonnantes est un trait unificateur des récits appartenant au recueil en question. Les difficultés dans la catégorisation univoque résultent des procédés techniques chers à Gripari. Il tend à présenter l’imaginaire sous divers aspects. Par conséquent, l’auteur contribue à l’effacement des frontières et à l’agrandissement du domaine de la catégorie en question. Gripari s’éloigne des tendances littéraires qui insistent sur la véracité de l’histoire présentée. Il va jusqu’à la déclaration explicite de son intention de tromper et de désorienter le lecteur. Dans Diable, Dieu et autres contes de menterie, le jeu avec les habitudes de lecture commence dès le titre du recueil. L’hésitation entre la menterie et le caractère véridique des textes se prolonge jusqu’au dénouement qui n’est pas censé donner une explication définitive. La coexistence de l’imaginaire et du réel, leurs relations, ainsi que les effets qu’ils produisent dérivent du jeu de ce qui est dit et de ce qui n ’est que suggéré ou encore entièrement tu. La chienne, L'ours, Kurt von Dupont et Midi sont les quatre contes du recueil les plus représentatifs de l’écriture de Gripari. Le croisement du dit et du non-dit englobe plusieurs niveaux de l’organisation textuelle. Le titre, l’incipit, la construction des personnages et le chronotope sont leur point de rencontre.pl_PL
dc.language.isofrpl_PL
dc.rightsUznanie autorstwa-Użycie niekomercyjne-Bez utworów zależnych 3.0 Polska*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/pl/*
dc.subjectfantastiquepl_PL
dc.subjectmagic realismpl_PL
dc.subjectfantasypl_PL
dc.subjectgenrepl_PL
dc.subjectcategorypl_PL
dc.subjectthe supernaturalpl_PL
dc.subjectunexplained / inexplicable phenomenapl_PL
dc.subjecthesitationpl_PL
dc.titleLe dit et le non-dit dans "Diable, Dieu et autres contes de menterie" de Pierre Griparipl_PL
dc.typeinfo:eu-repo/semantics/articlepl_PL
Appears in Collections:Artykuły (W.Hum.)

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
Komandera_Le_dit_et_le_non_dit_dans_Diable.pdf340,65 kBAdobe PDFView/Open
Show simple item record


Uznanie autorstwa - użycie niekomercyjne, bez utworów zależnych 3.0 Polska Creative Commons License Creative Commons